Recherche Avancée

Ile-de-France Europe - Représentation de l'Île de France à Bruxelles

    Avenir des finances de l’UE : le Comité des Régions rend son avis

    12.02.2018 - Actualités européennes

    Le CdR demande une augmentation des contributions nationales pour une politique de cohésion forte.

    Alors que la Commission européenne présentera le 29 mai prochain ses propositions de cadre financier pluriannuel (CFP) post-2020, le Comité européen des régions a adopté le 1er février son avis sur l'avenir des finances de l'UE (Rapporteur: Marek WOŹNIAK - PPE - Maréchal de la voïvodie de Grande-Pologne) en réponse au Document de réflexion publié par la Commission européenne le 28 juin dernier.

    Dans cet avis, le CdR souligne notamment la nécessité de maintenir le niveau des financements actuellement alloués à la politique de cohésion et à la politique agricole commune. Ces politiques doivent rester des priorités du prochain CFP. Le CdR demande également que des dotations suffisantes soient accordées aux programmes considérés comme essentiels pour le développement des régions, parmi lesquels les programmes COSME, LIFE, Horizon 2020 et Erasmus +, ainsi que le mécanisme pour l'interconnexion en Europe et l'Initiative pour l'emploi des jeunes.

    Soulignant que le CFP devra se concentrer "sur les priorités qui peuvent avoir une incidence significative sur la vie des citoyens et contribuer à rétablir la confiance dans la valeur ajoutée de l'Union européenne", le CdR insiste sur le caractère prioritaire de la politique de cohésion "pour toutes les régions de l'UE" et "propose de continuer à soutenir une approche axée sur le territoire dans le déploiement des politiques de l'UE, en renforçant le rôle joué par les échelons local et régional".

    Au cours d'un débat organisé le jour-même avec Tomislav Donchev, le vice-premier ministre bulgare, les membres du CdR ont fait valoir que pour surmonter les principaux défis auxquels l'UE est confronté, les États membres devront augmenter leur contribution au budget de l'UE qui devrait passer de 1,04 % à 1,3 % du revenu national brut (RNB) de l'UE à 27. Dans le cadre de sa présidence du Conseil, la Bulgarie souhaite " un débat équilibré sur la notion de solidarité européenne et sur la nécessité de simplifier la réglementation. Mais elle souhaite en même temps [...] la mise en place d'une politique de cohésion forte et efficace et, ce faisant, de régions puissantes et prospères " leur a répondu Tomislas Donchev.

    "Le prochain budget de l'Union permettra de définir quel avenir nous voulons pour l'Europe. [...] Il nous faudra poursuivre les investissements en faveur de chaque région, de chaque communauté et de chaque citoyen. Des priorités nouvelles, telles que la sécurité et la défense, doivent certes bénéficier de financements européens, mais ceux-ci doivent provenir de ressources nouvelles et ne pas se faire aux dépens du développement régional et rural" a répété de son côté Karl-Heinz Lambertz, le Président du CdR, se faisait ainsi écho des objectifs de l'Alliance pour la cohésion lancée en octobre dernier pour défendre une politique de cohésion forte au bénéfice de toutes les régions européennes.

    Île-de-France et ses atouts

     

     

    en savoir plus

    L'Europe mode d'emploi

     

     

    En savoir plus
    Partenaires
    Île de France Yvelines Essonne Seine Saint-Denis Val de Marne Val d'Oise