Recherche Avancée

Ile-de-France Europe - Représentation de l'Île de France à Bruxelles

    Cadre financier pluriannuel 2021-2027

    05.06.2018 - Actualités européennes

    Des économies ciblées et de nouvelles priorités

    Le 2 mai, la Commission européenne a présenté sa proposition de cadre financier pluriannuel pour la période 2021-2027 dans un contexte marqué par le Brexit qui verra le budget européen amputé de la contribution britannique à partir de 2021. Cette proposition se veut être un compromis entre des économies ciblées et des investissements dans de nouvelles priorités.

    Les montants proposés représentent 1,08% du RNB de l'UE-27, contre 0.99% du RNB de l’UE-2018 pour le Cadre financier pluriannuel actuel.

    Le Parlement européen a aussitôt dénoncé le manque d’ambition de ces propositions et, notamment, les coupes dans la PAC et la politique de cohésion dans une résolution le 30 mai. Il estime qu’il faudrait consacrer 1,3 % du RNB de l’UE-27 au budget européen pour financer les objectifs que s'est fixée l’Union européenne.

     Principal sujet d’inquiétude du Parlement : les propositions de la Commission visant à revoir à la baisse les budgets alloués à la politique de cohésion ainsi qu’à la politique agricole commune. Initialement la Commission avait annoncé une baisse de 5 % du budget de ces politiques, mais selon les calculs du Parlement les crédits qui y sont consacrés baisseraient de 16% pour la PAC et 10% pour la cohésion (voir le communiqué de presse d’Isabelle Thomas, co-rapporteur au Parlement européen sur le CFP). En ce qui concerne la politique de cohésion, c’est le budget du Fonds de cohésion qui serait le plus sévèrement amputé.

    Le Ministère de l’agriculture et la Présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, ont immédiatement dénoncé cette baisse de la PAC tandis que le Ministère de la cohésion des territoires s’est dit « vigilant » face à ces propositions.  

    Par ailleurs, la Commission propose d’investir plus dans de nouvelles priorités politiques afin de mieux répondre aux enjeux actuels et aux attentes des citoyens européens. Les crédits consacrés à la Défense européenne (13 milliards d’euros soit une augmentation de 2200%), à la gestion des frontières (34,9 milliards d’euros soit une augmentation de 168 % ) et à la sécurité en Europe (4,8 milliards d’euros soit une augmentation de 180%) augmenteraient ainsi significativement.

    La Commission européenne suggère également d’investir davantage dans des politiques dites d’avenir. Le programme Horizon Europe se verrait allouer 97,9 milliards d’euros pour un budget total de la recherche et l’innovation porté à 114,8 milliards d’euros. Erasmus +, consacré à l’éducation et la jeunesse, verrait son budget doubler pour atteindre 30 milliards d’euros. Enfin, l’environnement bénéficierait d’une augmentation de 60 % de ses financements pour atteindre 5,4 milliards d’euros tandis qu’un nouveau programme spécifique pour le numérique serait doté de 9,2 milliards d’euros. Les investissements dans les transports resteraient stables mais incluraient désormais la mobilité militaire (6,5 milliards d’euros à elle seule).

    Le Parlement européen estime cependant que les montants consacrés à Horizon Europe, à Erasmus + et aux PME sont en deçà des besoins.

     

    Pour plus d’informations :

     

     

    Île-de-France et ses atouts

     

     

    en savoir plus

    L'Europe mode d'emploi

     

     

    En savoir plus
    Partenaires
    Île de France Yvelines Essonne Seine Saint-Denis Val de Marne Val d'Oise