Recherche Avancée

Ile-de-France Europe - Représentation de l'Île de France à Bruxelles

    Discours sur l’état de l’Union en 2018

    12.09.2018 - Actualités européennes

    Plaidoyer pour une Europe Unie

    Jean-Claude Juncker a prononcé le mercredi 12 septembre son dernier discours sur l'état de l'Union au Parlement européen.

    Selon lui, la page de la crise économique et financière est enfin tournée : l'UE connaît une croissance ininterrompue depuis 21 trimestres, 12 millions d'emplois ont été créés depuis 2014, le chômage des jeunes reste élevé -14,8%- mais il est au plus bas depuis 2010, l'investissement, privé et public, a beaucoup augmenté grâce notamment au Fonds européen pour les investissements stratégiques et la Grèce a réussi à se remettre sur pied. L'UE est une puissance commerciale grâce à ses accords commerciaux avec 70 pays qui couvrent 40% du commerce mondial et permettent d'exporter les normes européennes en matière de sécurité alimentaire, d'environnement, de droits des consommateurs, etc. Ainsi, l'UE qui représente 1/5ème de l'économie globale est "un continent ouvert mais pas un continent offert".

    Forte de ceci, l'UE doit être unie sur la scène mondiale pour faire face aux défis extérieurs et pour défendre notamment l'accord de Paris sur le climat. Et ce d'autant plus qu'elle ne peut plus compter sur les alliances et sur les engagements d'hier.

    L'Europe, un continent d'ouverture et de tolérance

    Elle ne sera jamais une forteresse ni une île. Par exemple, le programme Galileo n'aurait été pas été possible sans l'UE. Sur le processus d'adhésion, le Président Juncker souhaite que l'UE définisse de façon irréversible son attitude envers les pays des Balkans occidentaux "pour ne pas laisser d'autres façonner notre voisinage immédiat".

    Il a souhaité que les initiatives récemment lancées en matière de défense (Fonds européen de défense et coopération structurée permanente) deviennent pleinement opérationnelles ce qui ne veut pas dire militariser l'UE mais simplement devenir responsables et indépendants.

    De nouvelles initiatives à venir de la part de la Commission

    Le président Juncker a annoncé une série de mesures que la Commission présentera prochainement :

     

    • L'élargissement du mandat du nouveau Parquet européen pour y inclure la lutte contre les actes terroristes
    • Le retrait en 1 heure des contenus à des contenus à caractère terroriste sur le web Des mesures pour mieux lutter contre le blanchiment de capitaux
    • un mécanisme de protection civile renforcé afin d'accroître la solidarité entre les États en cas de catastrophe naturelle comme les incendies survenus cet été
    • Un nouveau partenariat équilibré avec l'Afrique.

    La Commission propose également de mettre fin à l'heure d'été à la suite de la consultation publique conduite cet été qui a montré qu'une grande majorité de citoyens est opposée au changement d'heure.

    Sur les migrations, il a rappelé que beaucoup a déjà été fait : cinq des sept propositions législatives présentées par la Commission ont été approuvées permettant de réduire le flux de réfugiés de 80% via la route de la Méditerranée centrale. 690 000 vues ont également pu être sauvées en mer depuis 2015 grâce aux opérations navales de l'UE. Mais les Européens n'ont toujours pas trouvé l'équilibre entre ce que doit faire chaque Etat sur son territoire et la solidarité nécessaire au maintien de l'espace Schengen. Il invite les Etats membres à s'accorder rapidement sur les propositions législatives encore en cours de négociation car la solidarité doit être durable et organisée et ne pas rester basée sur des solutions ad hoc. La Commission présentera en plus de nouvelles propositions visant à renforcer le nouveau Corps de garde-côtes et garde-frontières européen (effectifs accrus et nouvelles compétences, notamment en matière de retour des migrants en situation irrégulière) ainsi que l'agence en charge de l'asile pour que le traitement des demandes d'asile soit plus efficace.

    Jean-Claude Juncker souhaite également "développer le rôle international de l'euro" car "il est aberrant que l'UE paye 80% de sa facture énergétique en dollars et non en euros". Ceci requiert avant tout d'approfondir l'Union économique et monétaire au sein de l'UE, raison pour laquelle il a appelé les Etats membres à trouver des compromis sur les textes en cours de négociation.

    Favorable à une politique étrangère renforcée, il proposera, à nouveau, le passage du processus de prise de décision de l'unanimité à la majorité qualifiée dans certains domaines spécifiques (sanctions contre des Etats tiers, défense des droits de l'Homme ou encore lancement d'opérations civiles). L'UE deviendrait alors " l'architecte du monde de demain ".

    Il a aussi affirmé que l'UE devrait prendre davantage soin de sa dimension sociale et que le Socle européen des droits sociaux approuvé l'an dernier devrait se traduire en règles de droit.

    Il a également listé les dossiers en cours dont il souhaite la conclusion avant les élections européennes :

     

    • L'accord de partenariat conclu avec le Japon devrait être ratifié pour des raisons économiques mais aussi politiques
    • Il faudra un accord de principe sur le Cadre financier pluriannuel 2021-2027 pour permettre, entre autres, aux jeunes et aux chercheurs de bénéficier de programmes ayant des moyens accrus.

    BREXIT

    L'UE respecte le choix des Britanniques mais ceux-ci doivent comprendre qu'un État qui quitte l'UE ne peut pas avoir une situation aussi avantageuse qu'un État membre. L'UE fera tout pour éviter le retour d'une frontière dure en Irlande du Nord afin de préserver les acquis du processus de paix. Et, après mars 2019, le Royaume-Uni ne sera pas un pays tiers ordinaire, il sera un partenaire proche dans le cadre d'un accord de partenariat ambitieux ayant comme point de départ une zone de libre-échange.

    Élections européennes

    L'enjeu des élections européennes de mai prochain sera d'apporter aux citoyens la preuve que l'UE peut avoir des résultats, qu'elle arrive à surmonter les différences Nord/Sud ou Est/Ouest et qu'elle fait ce qui a été promis. Ceci est bien engagé car la Commission a déjà présenté toutes les initiatives annoncées en 2014 et la moitié d'entre elles ont déjà été approuvées par le Parlement européen et le Conseil.

    Pour plus d'informations

    Communiqués de presse sur les propositions législatives à venir

    Discours de Jean-Claude Juncker

    Île-de-France et ses atouts

     

     

    en savoir plus

    L'Europe mode d'emploi

     

     

    En savoir plus
    Partenaires
    Île de France Yvelines Essonne Seine Saint-Denis Val de Marne Val d'Oise